Action contre les Legionelles, les amibes et le biofilm

Vous êtes ici

Le mécanisme d'action du biocide d'Amoéba BIOMEBA : la phagocytose active

Les expériences  de co-culture d’amibes libres avec des Legionelles ont montré que Willaertia magna C2c Maky internalise la Legionella pneumophila. Cependant, Willaertia magna C2c Maky traite la bactérie internalisée différemment que d'autres espèces d'amibes dites permissives. Dans les amibes permissives (comme Acanthamoeba castellanii et Vermamoeba vermiformis) la bactérie peut échapper à l’activité lytique de la cellule hôte et s'y multiplier. Legionella pneumophila est connue pour inhiber la fusion phagolysosomale et former des phagosomes réplicatifs. En revanche, aucun de ces phénomènes ne se produit avec Willaertia magna C2c Maky. L'examen au microscope électronique de la co-culture d'amibes-bactéries a en effet montré que Legionella pneumophila est incapable de former les phagosomes réplicatifs à l’intérieur des cellules Willaertia magna C2c Maky.

Phagocytose et destruction des amibes libres, vecteurs de Legionella pneumophila

Willaertia magna C2c Maky est également capable d'internaliser et éliminer par phagocytose des vecteurs de la Legionella pneumophila, telles les amibes libres. En effet, cette capacité de Willaertia magna C2c Maky d’internaliser et d’éliminer d'autres amibes libres, a été démontrée à la fois dans des conditions axéniques dans le milieu SCGYEM, et dans des conditions non axéniques, comme dans les eaux industrielles brutes.

De plus, des expériences de co-culture montrent que plus de 90% d'amibes libres présentes sont éliminées dans les 24 heures suivant l'ajout de Willaertia magna C2c Maky à la culture. Ceci a été montré avec les vecteurs amibiens de la Legionella pneumophilia, qu'ils soient, ou non, porteurs de la bactérie. Cette capacité de Willaertia magna C2c Maky d'éliminer les amibes, tant libres, que dans leur forme enkystée, a également été démontrée dans les eaux industrielles.

Forte efficacité sur le biofilm mature : diminution du nombre total de bactéries de 99% et prévention de la formation de biofilm

Le biofilm représente un danger, car il abrite 95% de bactéries pathogènes et d'amibes capable de les protéger. En raison de sa forte activité phagocytique, Willaertia magna C2c.Maky « paît » naturellement  sur le biofilm.

Amoéba a pu démontrer qu'en seulement 24 heures, une seule administration de son Biocide biologique, BIOMEBA, diminue significativement le nombre total de bactéries d'un biofilm mature. Ce biofilm, composé de bactéries, dont Legionella pneumophilia, et d'une amibe, a été conçu par nos chercheurs, en collaboration avec des spécialistes internationaux du biofilm.

De plus, dans cette étude, nous avons pu confirmer qu'une unique administration du biocide BIOMEBA empêchait durant 4 jours le biofilm de se reformer.